Un week-end dans le sud ouest

 Parce qu’il nous arrive parfois de nous embarquer sans le prévoir pour une jolie aventure.

Parce qu’il existe des endroits inconnus et dans lesquels on se sent bien pourtant dès les premiers instants.

Parce qu’il a certains jours où l’on souhaiterait arrêter le temps.

Parce que pour moi les souvenirs passent souvent par les photos que je ramène chez moi.

Je vais vous raconter 3 jours que j’ai passé dans le sud ouest.

   Cette région, je l’aime tellement. Pour des tas de raisons. Mais c’est la plus importante d’entre elles qui m’a ramenée là-bas cette fois : mon frangin adoré. Nous allions le retrouver, lui et ses amis, pour un weekend détente dans un gîte. L’occasion de fêter tous ensemble son anniversaire.

    C’est donc un vendredi, fin d’après-midi, que j’ai embarquées mes amies pour une virée de 600 km, direction les hautes Pyrénées. Après 6h de trajet, nous quittons enfin l’autoroute. Il fait nuit noire, il est 2h du matin. Au bout de quelques km, des virages en montagne, la traversée de petits hameaux et une ambiance « la colline a des yeux », nous parvenons a destination. Retrouvailles, présentations, contentes d’être arrivées. Nous étions attendues. Cette fois on y est, et nous pouvons enfin tous aller nous coucher.

    A ces heures tardives nous ne savions pas encore où nous avions atterri. La surprise est arrivée au réveil lorsque je me suis levée et que, le reste du gite encore endormi, j’ai savouré mon thé sur la terrasse, seule face au reste du monde #womanVSnature

vue depuis la terrasse du Gîte du Cap de la Bigne à Sacoué. Sud Ouest. Aigrelette Vue depuis le gîte du Cap de la Bigne à Sacoué. Sud Ouest. Aigrelette vue depuis la terrasse du Gîte du Cap de la Bigne à Sacoué dans le Sud Ouest. Aigrelette les jolies fleurs du gîte du Cap de la Bigne à Sacoué. Aigrelette

    Il a fallut que mes amis se lèvent pour me tirer de mes rêveries (tout plaquer et m’installer ici ? Non, ne me tentez pas ! )

   Tranquillement la maison s’est éveillée. Les sportifs sont rentrés de leur jogging, les lève-tard ont entamé leur petit dèj’, et nous avons fait le tour du propriétaire.

le gite Pyros du Cap de la Bigne à Sacoué. Aigrelette entrée du gite Pyros du Cap de la Bigne à Sacoué. Aigrelette le gite en fleurs. gite du Cap de la Bigne Sacoué. Aigrelette

Les ânes du gîte du Cap de la Bigne. Aigrelette

Bonjour Melle Suzy! Bonjour M Coquin!

    Et voici les charmants hôtes qui nous ont tenu compagnie : les deux ânes, Melle Suzy et M Coquin, sont installés dans le près du gîte.

les ânes du gîtes. AIgrelette les ânes du gîte. Aigrelette

   Puis, avec l’arrivée de nos derniers compères, ce fut le moment de lancer le barbecue, et de porter officiellement un toast a ce très bon week-end qui commençait.

    Nous avons rythmé ces quelques jours de barbecue / blind test / jeux divers et variés / musique / gâteaux / cadeaux d’anniversaire / cocktails … le tout dans une douceur de vivre extrêmement agréable. Tantôt sur la terrasse pour profiter du soleil, tantôt dans le salon au coin du feu lorsque le temps se faisait plus froid.

   cependant, nous n’avons pas fait que flemmarder, nous avons profité de ces belles journées pour nous promener et visiter deux sites emblématiques de la région du Comminges.

   Pour la première sortie, nous sommes partis à pied, sous un grand soleil, pour visiter le village et les ruines du château de Bramevaque. C’est un tout petit village, très mignon, pittoresque, et dont le nom est entouré de mystères. Plusieurs légendes existent pour expliquer d’où provient l’appellation de Bramevaque (du patois Brame qui signifie mugir et Vaque la vache) mais il y en a une tout particulièrement qui m’a plu, je vous la raconte ici.

    Une fois arrivés au village, il n’y a qu’à suivre les panneaux. L’unique ruelle nous mène alors jusqu’à l’orée du bois. Il faut s’aventurer dans la foret si l’on veut pouvoir grimper jusqu’au château.

Sacoué, petit village du Sud Ouest. Aigrelette

vue du village de Sacoué. Sud Ouest. Aigrelette

village de Bramevaque. un petit ours à l'entrée. Aigrelette

Village de Bramevaque. Sud Ouest. Aigrelette

village de Bramevaque, direction le chateau. Sud Ouest. Aigrelette

orée du bois de Bramevaque. Sud Ouest. Aigrelette

la foret de bramevaque. Aigrelette

château de Bramevaque. Sud Ouest. Aigrelette

   Lorsque l’on sort de la forêt, on voit enfin la tour se dresser devant nous, c’est donc tout la haut que nous voulons aller. Mais surtout lorsque l’ascension est terminée c’est une vue a couper le souffle que l’on observe.

    Nous sommes restés là un moment à profiter de surplomber le monde … Oui bon d’accord on ne surplombait pas grand chose de plus que le village, mais quand même c’était chouette.

les fleurs de Bramevaque. Sud Ouest. Aigrelette

vue depuis la tour de Bramevaque. Sud Ouest. Aigrelette      vue depuis la tour de Bramevaque. Sud Ouest. Aigrelette

   Sur le retour j’en ai profité pour visiter le petit village qui nous accueillait : Sacoué. 75 habitants. Quelques troupeaux de moutons. Une vue imprenable : un havre de paix !

rue de Sacoué. Sud Ouest. Aigrelette

le village de sacoué. Sud Ouest. Aigrelette

place du village de Sacoué. Aigrelette

   Pour notre deuxième visite, nous sommes allés à peine plus loin : à Saint Bertrand de Comminges. Plus imposante que Bramevaque, cette cité médiévale est comme posée là au sommet de la colline. On distingue sans peine sa cathédrale depuis le bas du village. De même que la veille, nous avons grimpé par de petite ruelles, jusqu’à arriver sur la place principale de la ville, déserte.

cité médiévale de Saint Bertrand de Comminges. Aigrelette cité médiévale de Saint Bertrand de Comminges. Aigrelette

 les ruelles de la cité médiévale de Saint Bertrand de Comminges. Aigrelette cité médiévale de Saint Bertrand de Comminges. Aigrelette

 la mairie de Saint Bertrand de Comminges. Aigrelette les fleurs de Saint bertrand de Comminges. Aigrelette    berger avec son troupeau à Saint Bertrand de Comminges. Aigrelette

troupeau de Saint Bertrand de Comminges. Aigrelette

   Le temps de regarder passer un berger avec son troupeau, et l’orage se dirigeant vers nous, nous sommes rentrer nous caler au coin du feu et terminer tranquillement ce week-end. Le lendemain ne reprenions déjà la route du retour.

   D’être avec cette bande d’amis, dans ce gîte, a été une véritable bouffée d’oxygène. Le temps s’est arrêté l’espace d’un weekend. Et vraiment c’était bien ! Rien que de voir ces images, j’ai l’impression d’y être.

   Qui aurait cru qu’une citadine comme moi puisse adorer être isolée du monde, coupée de tout, et qu’en plus je voudrais y revenir bientôt ? Pas moi, ça c’est certain !

 Gite du Cap de la Bigne. Sacoué. Aigrelette

Gîte du Cap de la Bigne. Sacoué. Aigrelette

Gîte du Cap de la Bigne. Sacoué. Aigrelette

Gite Pyros du cap de la Bigne. Sacoué. Aigrelette  les fleurs du gîte. Aigrelette

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s